bg image

Plateau technique de toxicologie analytique et de chimie pharmaceutique

Il sert essentiellement à l’identification et au dosage de stupéfiants ainsi qu’au contrôle de médicaments, légaux, falsifiés ou contrefaits, et de compléments alimentaires ou d’autres produits d’origine inconnue suspectés de contenir des substances médicamenteuses en provenance de la police, de la douane, du Ministère de la Santé, des médecins, des personnes privées et de la Direction européenne de la qualité des médicaments. Cette unité travaille aussi pour l’ensemble des services du LNS dans l’identification et le dosage de substances inconnues.

Un plateau technique pour tous les services du Laboratoire national de santé

Le plateau technique de toxicologie analytique – chimie pharmaceutique a été créée fin 2016 et est intégrée au sein du département de médecine légale. EIllle travaille pour l’ensemble des services du LNS, dans l’identification de composés inconnus. En externe, ses principaux clients sont les autorités judiciaires, la douane, la Division de la pharmacie et des médicaments de la Direction de la santé, pharmaciens, médecins et personnes privés.

Des analyses de routine qui constituent la part la plus importante des activités de la plateforme

  • Les analyses de saisies de stupéfiants. Cette activité représente le volume le plus important des analyses. En 2016, environ 3.400 échantillons de drogues ont été analysés en vue de l’identification et du dosage des psychotropes et des principales impuretés;
  • Le contrôle de la qualité des médicaments disponibles au Luxembourg, en collaboration avec la Division de la pharmacie et des médicaments (DPM) de la Direction de la santé ;
  • Les analyses de produits suspectés d’être des médicaments falsifiés ou contrefaits, en collaboration avec la DPM et les douanes ;
  • Les analyses de compléments alimentaires et d’autres produits d’origines inconnues, suspectés de contenir des substances médicamenteuses, en collaboration avec la Division de la sécurité alimentaire (DSA) de la Direction de la santé ;
  • Les analyses pour des particuliers (pharmaciens, médecins, privés, …) sur demande spécifique. Les contrôles de préparations magistrales effectués pour les pharmacies concernent surtout la méthadone, produit de substitution à l’héroïne ;
  • Des analyses pour la pharmacopée européenne, la Direction européenne pour la qualité des médicaments (EDQM à Strasbourg) et l’Agence européenne des médicaments (EMA) à Londres.

Un équipement de pointe

Pour effectuer ses missions, la plateforme dispose d’équipements de pointe dignes des laboratoires d’analyses les plus performants.

Les projets de recherche présents et à venir

Plusieurs projets sont en cours, le plus souvent en collaboration avec des universités et des instituts de recherche nationaux ou internationaux.

  • Réalisé en collaboration avec l’association 4motion, le Ministère de la santé, la police et les autorités judiciaires, le projet « DUCK » concerne l’analyse de psychotropes remis volontairement par des consommateurs lors de certaines festivités au Grand-Duché de Luxembourg. Le but principal est de mieux connaître les drogues récréatives1 consommées au Luxembourg et l’ensemble des participants au projet souhaite le développer à long terme.
  • Complémentaire au projet DUCK et démarré en janvier 2017 en collaboration avec le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST), le projet « Analyse de drogues dans les eaux usées » a pour but de compléter les données disponibles sur la consommation de certaines drogues au Luxembourg. À moyen terme, le dépistage de médicaments dans les eaux usées va être intégré dans ce projet. Il est prévu de prolonger ce projet à long terme.
  • Le projet « Chanvre médical » est une collaboration avec la société Cannad’Our à Kalborn et a pour but de mieux caractériser le chanvre produit au Luxembourg. Il est prévu pour une durée de 2 ans.

A moyen et à long terme, de nouveaux projets sont envisagés tels que

  • l’analyse de produits pharmaceutiques achetés sur des sites internet,
  • l’installation d’un laboratoire de dépistage d’armes chimiques et biologiques en collaboration avec les services de bactériologie et virologie devrait aboutir mi-2018,
  • Fin 2018, la plateforme devrait voir aboutir un projet d’accréditation entamé fin 2016.

1 cocaïne, amphétamines, ecstasy, ,cannabis et nouvelles drogues de synthèse

l'équipe